L’hyperhidrose est le terme scientifique désignant une problématique de sudation excessive. Celle-ci affecte de 1 à 2% de la population (2.8% des Américains) et elle occasionne de l’anxiété et de la détresse psychologique chez les individus qui en sont atteints. Aussi, des complications d’ordre physique telles des infections cutanées ou de l’eczéma peuvent en résulter. Les zones les plus fréquemment misent en cause sont les aisselles, la paume des mains, la plante des pieds ou même le front.

Il est bien important pour le médecin de faire la distinction entre une hyperhidrose primaire ou essentielle d’une hyperhidrose secondaire. L’hyperhidrose primaire résulte d’une hyperactivité des glandes sudoripares et non pas d’une augmentation du nombre de celles-ci. Pour en faire le diagnostic, nous devons répondre à certains critères comme la durée du problème (au moins 6 mois), l’âge du début des symptômes (souvent avant 25 ans), des antécédents familiaux positifs, la symétrie des zones atteintes, l’absence de transpiration nocturne focalisée, etc. Les causes d’hyperhidrose secondaire peuvent être d’origine cardiovasculaire, métabolique (hyperthyroïdie, diabète, ménopause), neurologique et médicamenteuse pour ne nommer que celles-là.

Il existe différentes options thérapeutiques à l’hyperhidrose primaire que nous pouvons offrir en médecine. Parmi celles-ci, il y a l’usage d’antisudorifique dont l’hydrochlorure d’aluminium est le plus populaire. Ce dernier est mieux toléré, moins toxique et cause moins d’irritation de la peau.

L’emploi de médicaments anticholinergiques tels Oxybutynin, glycopyrolate ou benzotropine occasionnent beaucoup d’effets secondaires les principaux étant une vision trouble, de la sécheresse buccale, de la sécheresse des yeux et des étourdissements.

Le Botox, un neuromodulateur, peut être utilisé pour traiter les cas réfractaires avant d’avoir recours à des traitements plus invasifs d’ordre chirurgical. Le traitement à l’aide du Botox est fort simple, rapide et efficace. Dans les zones traitées plus douloureuses comme la plante des pieds ou la paume des mains, nous pouvons procéder à un bloc nerveux (anesthésie régionale) ce qui rend la procédure plus confortable. L’effet du traitement au Botox peut varier d’un individu à l’autre, la moyenne étant de 6 à 9 mois.

Pour des plus amples informations concernant le traitement de l’hyperhidrose au Botox, n’hésitez pas à contacter un de nos médecins de la clinique Chronos médico-esthétique au 450 651-7770.